Notre Forêt Familiale
La Famille LaBrune

[Click here for the English version of this page.]

Immigrés Français

extrait d'une liste de passagers montrant les LaBrunesLa famille LaBrune est arrivée à New York le 7 novembre, 1833 sur le navire Robert Morris. (Cliquer sur l'image pour l'enlargir.)

Philippe LaBrune est né en France en 1794. Il s'est marié à Anne Reine/Rayne vers 1818. (Elle est née en France en 1793.) L'été de 1833, ils se sont embarqués sur le navire Robert Morris à LeHavre (sur la côte nord), France, avec leur fille de quatorze ans (née vers 1819) et leurs trois garçons, agés de cinq à onze ans. D'une comparaison avec les recensements suivants, nous sachons que celui de onze ans était George (né vers 1822) et le plus jeune était Nicholas (né vers 1828). Je ne sais pas encore les noms ni de la fille ni du fils de sept ans (né vers 1826). Les recensements indiquent que les années de naissance des enfants pourraient être deux ou trois ans plus tard que celles écrites sur la liste de passagers. D'après cette liste, Philippe était tisserand. Des documents historiques suggèrent qu'ils auraient passé à peu près dix-huit jours sur l'océan. Cette liste de passagers est la trace la plus ancienne que j'ai trouvée de notre famille LaBrune.

Migration vers l'Ouest

Je trouve la famille sept ans plus tard, sur le recensement national (E.U.) de 1840, dans le compté de Clermont, à l'Ohio, près du canton de Stonelick, dans la région sud de l'état. (Le canton de Stonelick est 20km à l'est de la ville de Cincinnati, Ohio, sur la fourche est de la rivière Little Miami, à peu près 16km de la rivière Ohio et la frontière avec l'état de Kentucky.) La fille ainée n'était plus dans la famille. Puisqu'elle auraient eu entre dix-neuf et vingt-et-un ans en 1840, et puisque Philippe est retourné plus tard vivre dans les parages, je crois que leur fille s'est mariée et habitait pas loin de là. Entre-temps, une deuxième fille, ayant moins de cinq ans en 1840, était née. Plus tard dans l'année, Jean-Baptiste, leur dernière enfant, est né à l'Ohio.

La ville de Rickardsville, compté Dubuque, Iowa (l'emplacement de l'épingle). Le cours d'eau est le fleuve Mississippi.

En 1846, la famille s'était déménagée au compté Dubuque, à l'Iowa, au bord du fleuve Mississippi. (George s'y est marié en 1846.) Historiquement, une population française consiérable habitait cette région parce qu'elle avait été une territoire de la France (avant 1803) et jouissait d'un commerce important en fourures. Le recensement de 1850 retrouve Philippe et Anne au canton de Jefferson, 16km au nord-ouest de la ville de Dubuque. Jean-Baptiste, fils de 10 ans, Nicholas, fils de 19 ans, et la famille de George habitent tous dans leur maison. Et George et Philippe sont fermiers. Anne a décédé en 1868 et a été enterrée dans le cimetière de l'église catholique St. Joseph Callasanctus à Rickardsville, près de Dubuque. Curieusement, Daniel Dooley, un voisin et frère de leur belle-fille, Catherine Dooley, est enterré à côté d'Anne LaBrune, on suppose dans le tombeau de Philippe.

Des membres de famille différents dans des traces écrites différentes, ... Voici la famille tant que je la connais selon ces traces diverses:

Une explication: "a quitté la famille" veut dire que je ne trouve plus cette personne après cette date. Au cas d'une fille, cela peut s'expliquer par un mariage dont je ne connais pas le nom de l'époux, ou par sa mort. Pour la plupart des familles, cela peut s'expliquer aussi par un déménagement, mais le nom LaBrune était assez rare et facile à trouver dans les traces disponibles. Si je ne trouve une LaBrune nulle part, il est probable que'elle est morte ou qu'elle s'est mariée. Présentement, je crois que trois enfants ont survecu jusqu'à l'age adulte (disons 21 ans): l'ainée, dont je ne connais pas le nom, George et Jean-Baptiste.

1874 plat map of Jefferson township, Dubuque county, Iowa1874 plan parcellaire du canton Jefferson, compté Dubuque, Iowa. (Cliquer sur l'image pour l'enlargir.)
Les fermes des familles LaBrune et Dooley sont encirclées en rouge. Celles des familles Crevier et Schirmer sont proches.

Philippe Retourne à l'Ohio?

Comme mentionné ci-dessus, Anne est morte en 1868 et est enterrée à Rickardsville, mais son tombeau borde celui de Daniel Dooley, un voisin et le frère de sa belle-fille, Catherine Dooley, épouse de son fils Jean-Baptiste. Je n'ai trouvé aucune trace de la mort de Philippe aux parages. Jusqu'à récemment, nous supposions que Philippe est mort pendant les années 1860s parce que il ne se trouve plus sur le recensement de 1870, et le tombeau manquant était une curiosité. La dernière trace de la région où il se trouve est un cadastre de 1865 (une liste d'impôts fonciers). Au mois d'Octobre, 1868, neuf mois après la mort d'Anne LaBrune, un nommé Philip LaBrune, né en France vers 1796, ayant donc à peu près le même âge que notre Philippe, s'est marié à Josephine Oligée au compté Brown, Ohio, à côté du compté Clermont, où la famille LaBrune demeurait en 1840. Je crois que celui-ci est notre Philippe. C'est parce qu'il avait déménagé et s'est remarié que Daniel Dooley était enterré dans le tombeau de Philippe à peine une année après la mort d'Anne LaBrune. Je soupçonne que leur ainée et fille survivante unique habitait à l'Ohio du sud et que Philippe s'y est allé afin d'habiter près d'elle, peut-être pour qu'elle s'occupe de sa santé. Arrivé à l'Ohio il a fait la connaissance de Josephine, à qui il s'est marié. Je n'ai pas trouvé de l'évidence qui supporte ces détails. Les traces que j'ai trouvées sont (1) celles du mariage de Philippe et Josephine au compté Brown, Ohio, en 1868, (2) les recensements du canton de Perry en 1870 et 1880, sur lesquels Philippe est invalid (1870) et puis qu'il a "les jambes enflées" (1870), et finalement (3) la mort de la veuve Josephine de vieillesse en 1887, toujours à Perry.

La Famille de George LaBrune

Nous n'avons pu suivre que deux parmi les six enfants LaBrune: les fils George et Jean-Baptiste. George s'est marié à Martha Breault (née en 1828 au Canada) en 1846. (Son nom dans des traces diverses a été aussi Mathilda et Mary, et son nom de famille a été Bron et Brow, ce dernier ayant la même prononciation en anglais que Breault en français.) Ils tenaient une taverne sur "the old stagecoach road" (la vieille route des diligences) à Rickardsville au début de leur mariage, mais les traces de recensement indiquent qu'ils étaient fermiers. Leurs enfants étaient Mary (1847), Celina (1850), Josephine (1852), Caroline (1854), George Nicolas (1856), John P. (1858), Joseph Daniel (1860), Adeline (1864), et Mathilda (1866). En 1864, Mary s'est mariée à Peter Limoges, fils d'un canadien français. En 1871, Caroline s'est mariée à Amab Cousley, propriétaire de Seven-Mile House (Maison à la Septième Mile, une taverne) à Julien Station, aussi un fils de parents canadiens français. George Nicolas s'est marié à Adeline Crevier, peut-être aux environs de Sioux City au milieu des années 1880s, puisque c'était là où sont nés leurs enfants et où eux-mêmes ils sont morts en 1932 et 1929, respectivement. Les Creviers et les LaBrunes étaient voisins au canton de Jefferson selon une carte de propriétaires de maison de 1870. Joseph s'est marié à Josephine Limoges, sœur cadette de Peter, l'époux de Mary, la sœur ainée de Joseph. Bien qu'ils se soient mariés au canton de Jefferson, eux aussi ils ont déménagé vers Sioux City où la plupart de leurs enfants étaient baptisés à l'église catholique St. Peter dans le compté Union, au Dakota du Sud. En 1880, Martha et sa fille Mathilda sont seules à la maison. George était mort en 1873. Martha, fils John P. et la famille de fille Mathilda LaBrune Schwind habitaient ensemble en 1900. Martha est morte en 1914. George et elle étaient enterrés dans le cimetière St. Joseph à Rickardsville.

1870 recensement de Jean-Baptiste LaBrune au canton de Jefferson, compté Dubuque, Iowa 1870 recensement de Jean-Baptiste LaBrune au canton de Jefferson, compté Dubuque, Iowa

Deux pages du recensement de 1870 du compté Jefferson, compté Dubuque, Iowa, montrant la famille de Jean-Baptiste & Catherine LaBrune. (Cliquer sur l'image pour l'enlargir.) Le contour de la famille LaBrune est dessiné en rouge.

La Famille de Jean-Baptiste LaBrune

En 1858, Jean-Baptiste s'est marié à Catherine Dooley, voisine née en Irelande en 1833. Ils habitaient avec les parents de Jean, peut-être jusqu'à la mort d'Anne en 1868. Peut-être Philippe leur a laissé la ferme lorsqu'il est retourné à l'Ohio. Bien que je ne sache pas les propriétés exactes, Jean (également connu sous les noms de John, Jean-Baptiste et Baptiste) est resté au canton de Jefferson jusqu'au moins 1905, et à Dubuque jusqu'à sa mort en 1930. [Il résidait avec son fils, John, à Dubuque en 1910, et près de sa fille, Anastasia Hogan, dans une pension de famille à St. Louis en 1920, et avec Lyda à Rickardsville en 1925, mais a décédé à Dubuque.] Selon le recensement de 1880, Baptiste et Catharine détenaient $10,000 en biens immobiliers et $1300 en d'autres biens. Ce montant dépasse de loin celui de Philippe et Anne dix ans auparavant, et représente une valeur importante par rapport aux autres dans le recensement. Il paraît que la famille avait une vie comfortable. Jean et Catherine avaient huit enfants: John Philip (né en 1859), Anastasia (vers 1861), William (1863), Mary (1864), Thomas (1866), Daniel J. (1869), Josephine (1871) et Lyda (1882). Trois n'ont pas atteint l'âge adulte: William est mort à l'âge de six semaines, Thomas â l'âge de deux ans à peine, et Josephine à l'âge de deux ans et demi. À l'âge de dix-neuf ans, en 1883, Mary a décédé. Ils sont tous enterrés dans le cimetière St. Joseph à Rickardsville. Tout comme Jean-Baptiste (mort en 1930) et Catherine, qui est morte en 1899.

John P. s'est marié à Lizzie Rooney à Holy Cross, Iowa en 1880. Leur fille unique, Clara, est née l'année suivant, en 1881. Ils demeuraient à Rickardsville, John gagnant sa vie en faisant des boulots divers. En 1885 ils étaient fermiers. Un article de journal publié en 1896 a décrit John comme ancien receveur de poste à Rickardsville, marchand de chevaux de course et de trait, et nouveau propriétaire d'un saloon et d'un magasin. En 1901, un deuxième article de journal a annoncé que "Mssrs. Ferring et LaBrune" ont invité le public à Herb's Brewery, leur établissment, pour déjeuner. Je crois que ce Monsieur Ferring est le beau-fils de John LaBrune, John Ferring, marié à Clara LaBrune en 1899. John est commerçant et marchand de chevaux jusqu'au moins 1910, mais a dû avoir un revers de fortune peu après. En 1915 il était "agent", mais il n'était plus propriétaire de sa maison. En 1920, John est vendeur pour un fabriquant de ciment à Great Falls, Montana, où lui et Elizabeth louaient une chambre. Et en 1930, ils étaient retournès à Dubuque où ils louaient une maison, et John travaillait dans un hôtel. Lizzie est morte en juin 1934; John seulement deux mois plus tard. Les deux sont enterrés dans le cimetière St. Joseph à Rickardsville.

Anastasia vivait dans la famille de son oncle, William Dooley, à St. Louis en 1880. C'est là-bas qu'elle a fait la connaissance de James Hogan, neveu de la femme de William et son mari future. [Lire davantage sur Anastasia et ses descendants sur ma page web Hogan.]

Daniel est resté sur la ferme avec son père jusqu'à sa mort en 1907, à l'âge de 38.

Lyda (Lydia) était adoptée par Jean-Baptiste et Catherine entre 1887 et 1894. À ce moment, Daniel était le seul des enfants qui restait sur la ferme. Il avait plus que vingt ans et Lyda n'avait pas encore treize; il y avait une différence en âge importante entre Lyda et ses frères et sœurs adoptés. Lyda était née Lyda Arnold au compté Dubuque en 1882. Son père violent avait abandonné sa famille et ses parents avaient divorcé, ce dernier ayant lieu à l'Iowa occidentale, au compté Sioux, loin de Jean-Baptiste et Catherine LaBrune. Où et pourquoi on avait fait adopté les trois filles n'est pas clair. La mère de Lyda, Emma Goodwin Arnold, a remariée et a entamé une nouvelle famille pendant les années 1890, avec laquelle elle a déménagé à San Diego au debut des années 1900. (Lire davantage sur la famille biologique de Lyda.) Il se trouve que la nièce de Jean-Baptiste, Adaline LaBrune Luchsinger, avait été voisine à Emma Arnold au compté Sioux, et il se peut que c'était ainsi que les LaBrunes avaient retrouvé Lyda et l'avaient adoptée. Après la mort de leur fille Mary en 1883 et le mariage d'Anastasia en 1887, peut-être Jean et Catherine cherchaient une jeune-fille pour aider avec le ménage lorsqu'ils ont appris que Lyda avait besoin d'une famille. Lyda s'est mariée à Frank Schirmer à Rickardsville en 1900, ayant presque 18 ans. Leurs deux enfants, Blanche et Matthew, sont nés en 1901 et 1909, respectivement. Frank et Lyda étaient fermiers là-bas longtemps. Frank a décédé en 1942, Lyda en 1955. Ils sont enterrés dans le cimetière St. Joseph à Rickardsville.

Orthographe du Nom

Le plus souvent le nom s'est écrit LaBrune, mais j'ai trouvé aussi LaBroon, LaBrun, et LaBruner.

© 2017 Michael Cushing.

labrune.shtm mis à point le 29 août 2017